mardi 5 mars 2013

Les pierres sphériques du Costa Rica nominées pour le Patrimoine de l'Humanité

Le Costa Rica a annoncé que la candidature à l'UNESCO, pour le patrimoine culturel de l'humanité, des énigmatiques sphères en pierre précolombiennes a été acceptée.

Uniques au monde et créés par le peuple Boruca, elles avaient une finalité sociale, artistique et astronomique.


Le Costa Rica a présenté les sphères et quatre sites archéologiques le 31 Janvier 2013 et l'UNESCO a annoncé qu'elle a accepté la nomination.

Les sphères en pierre, avec une perfection en rondeur de 95%, ont été créés par les Indiens Boruca du Sud Costa Rica entre 400 et 1500 après JC. Environ 200 de ces pierres sont recensées à ce jour.

La candidature comprend des zones dans le contexte de quatre sites archéologiques: Villa 6, Batambal, Grijalva et Silence, situés dans le delta du Diquís, province de Puntarenas, au Costa Rica.

Dans ces endroits, il y a des douzaines de sphères, la plus grande fait 2,57 mètres de diamètre et pèse 15 tonnes. On y trouve aussi les fondations en pierre des anciennes habitations indiennes et les routes de ces colonies.

A première vue, les régions du Costa Rica sont «plus modeste» que les œuvres d'autres cultures américaines telles que les Aztèques, les Mayas ou les Incas, mais ces zones ont leur propre histoire.
"Il y a bien un héritage archéologique" a déclaré Luara Chinchilla, le président du Costa Rica.

Les sphères de pierre (appelées aussi petrosphères) ont été découvertes en 1939 dans une ancienne plantation de bananes de 10 hectares, appelée Finca 6, dans la ville de Palmar Sur.

Beaucoup de ces sculptures ont été retirées de leur site d'origine, détruites ou endommagées par le mythe de trésors cachés à l'intérieur.

A Villa 6, il y a un groupe de sphères alignées dans sa position d'origine. Les archéologues pensent qu'elles sont liées à des équinoxes et des solstices ou bien des constellations.

Il y en a aussi dans des zones qui étaient des lieux publics des colonies autochtones, et d'autres, très stylisées, à l'entrée des maisons où vivaient quelqu'un d'important dans la communauté.

Parmi les mystères qui entourent ces ouvrages, il y a la façon dont ce peuple a mobilisé de gros blocs de pierre des montagnes et les techniques utilisées pour les sculpter.

Le directeur du Musée national, Christian Kandler, a déclaré lors d'une conférence de presse que le Costa Rica doit se concentrer sur la protection des sites archéologiques et s'assurer qu'ils soient connus par la population: "Nous avons un énorme défi, les sphères sont fragiles. Contrairement à ce qu'il semble, elles ont subi plusieurs siècles dans un environnement difficile": les hautes températures, le soleil, la pluie et les champignons.

Le gouvernement du Costa Rica prévoit d'ouvrir un parc à Sphères à Villa 6 au public pour les Costariciens et les touristes étrangers.

Source:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire